Catégorie : Maison

La loi a imposé la mise en accessibilité des bâtiments et des espaces publics aux personnes à mobilité réduite. Cela permet un accès facilité à tous les usagers, quelles que soient leurs capacités physiques. Pour cela, l’une des solutions est celle de poser une rampe.

Une rampe est un dispositif destiné aux personnes à mobilité réduite qui permet de franchir des obstacles (marches, escaliers…) sans trop d’efforts. La pente maximale autorisée pour une rampe varie selon plusieurs critères : sa profondeur, sa longueur, etc. La question à se poser alors est : « quel pourcentage de pente pour une rampe handicapé ? ».

Normes en vigueur

Les normes actuelles dictent que la pente ne doit pas excéder 5 % sur une rampe courte, et 8 % si elle est longue. Ces directives sont données par un ERP, ou Établissement Recevant du Public, dont le rôle est de garantir la sécurité et le bon fonctionnement des sites publics et privés.

Cette inclinaison est fixée afin de permettre à toutes les personnes, quelle que soit leur situation physique, d’utiliser cette rampe sans difficulté particulière. Elle doit également être suffisamment large pour offrir un passage confortable.

Calcul de la pente

S’il vous faut calculer la pente d’une rampe, vous devrez prendre en compte sa longueur et son hauteur, mais également sa profondeur. Vous pouvez facilement trouver ces informations grâce à un niveau laser. Une fois ces données obtenues, il vous suffira d’utiliser une formule mathématique simple pour calculer la pente.

La formule est la suivante : pente = hauteur / longueur * 100. Par exemple, si la hauteur est de 1,50 m et que la longueur est de 3 m, alors la pente sera de 5 %.

Rampes handicapés extérieures

Dans le cas des rampes extérieures, le dispositif de sécurité impose une pente maximale de 6 % pour les courts trajets et 10 % pour les itinéraires plus longs. Il est important de respecter cette limite afin de fournir un passage adapté aux personnes à mobilité réduite et satisfaire aux normes en vigueur.

De plus, vous devez veiller à ce que la rampe soit équipée de repose-pieds pour éviter les glissades et autres accidents. Il est également conseillé de recouvrir le sol de la rampe avec du matériau antidérapant.

Matériaux utilisés

Plusieurs matériaux peuvent être utilisés pour construire une rampe handicapé. Dans le cadre d’une installation intérieure, les rampes en bois sont très populaires car elles sont relativement abordables et assez faciles à installer. Elles sont également très durables et ont un aspect esthétique agréable.

Si vous souhaitez installer une rampe handicapé extérieure, le béton devrait être votre premier choix. En effet, le béton est extrêmement durable et résistant aux intempéries, ce qui en fait un excellent matériau pour l’extérieur.

Mettre en place une rampe handicapé requiert beaucoup de précautions et de préparation. Il est impératif de respecter les normes et les restrictions de pente, de calculer correctement la pente et de choisir le bon matériau. Grâce à ces conseils, vous serez en mesure de créer une rampe pour personnes à mobilité réduite à la fois efficace et sûre !

Read Full Article

Lorsqu’on parle de handicap, on évoque souvent les barrières techniques qui empêchent une personne à se déplacer librement ou à accéder facilement à des lieux publics. Pour autant, le confort chez soi est aussi important et nécessite des aménagements adaptés. Voici quelques points essentiels pour rendre sa maison plus accessible.

Remise aux normes de la mobilité et de l’action

La première chose à faire est de modifier les couloirs et les espaces pour permettre à un fauteuil roulant d’y circuler. Effectivement, cela implique que les portes doivent être assez larges pour que la personne handicapée puisse passer sans difficultés. Les couloirs ne doivent pas être trop étroits et il faut aussi veiller à ce qu’ils ne comportent pas de obstacles en travers du passage telles que des meubles.

Il serait également intéressant d’installer des rampes d’accès au domicile pour faciliter l’accès à l’extérieur. La bonne idée est de choisir une rampe dont la pente est adaptée aux capacités physiques des personnes concernées.

Ajout d’équipements pour le confort et la sécurité

Pour un maximum de sécurité et de confort, il convient de prendre certaines dispositions supplémentaires :

  • Installation d’un monte-escalier : très pratique pour monter ou descendre les escaliers sans grand effort.
  • Aménagement de sanitaires : installation de barres de maintien, siège de douche rabattable, douche à l’italienne… tous ces éléments aident à avoir une salle de bain plus sûre et plus pratique.
  • Installation d’une chaise d’ascenseur : elle aide à monter/descendre les étages.
  • Équiper certains meubles avec des roulettes : les chaises, tables et canapés peuvent ainsi être déplacés plus facilement.
  • Adaptation des poignées des portes : elles doivent être plus larges pour pouvoir être ouvertes plus facilement.

Raccordement des équipements électriques

Inutile de préciser que tous ces aménagements nécessitent des travaux et des installations électriques spécifiques. Il vaut mieux faire appel à un professionnel qualifié qui saura trouver les solutions adaptées : raccordement des interrupteurs et des luminaires, alimentation des appareils médicaux et de chauffage, pose de capteurs de proximité, etc.

Une fois terminés, ces aménagements offriront une liberté et un confort inédit à la personne handicapée. Elle aura alors plus de facilité à se déplacer et à profiter pleinement de son intérieur.

En conclusion, il existe de nombreuses solutions pour adapter la maison d’une personne handicapée afin de lui donner une autonomie et un confort de vie optimal. En effet, grâce aux équipements adéquats et aux aménagements appropriés, elle pourra se sentir plus à l’aise chez elle et gagner en mobilité et en action pour un quotidien plus agréable.

Read Full Article